Détour nordique vers l’Orient, Les anges de Millesgården d’Alexandre Najjar

2019-11-28T07:08:52Z (GMT) by Christophe Premat
This is a paper presented as part of the conference “The North in French literatures” which was held at Stockholm University the 21st and 22nd of November 2019.
The presentation is primarily aimed at students in French and people with an interest in the relationship between Nordicity and Francophone literature. It is well adapted for teachers of French language working with stereotypes, images and clichés. In an academic context, it is possible to show the perception of Swedish rites by a French speaking-writer”.

Alexandre Najjar offers a new perspective on North in his novel Les anges de Millesgården published in 2013. The book is built as a museum in which the reader is invited to discover nordic landscapes and cultures. When the reader gets into the text, he/she realizes that the book is also about Lebanon and Orient as if the Nordic detour was a pretext to deal with the country which is important for the author/narrator. The aim of the presentation is to analyze how the narrator inscribes a phenomenological posture when he deals with new cultural objects / art pieces from nordic societies. In a broader perspective, the question of northern imaginaries is questioned with the book that looks like a cultural guide for people who are not familiar with nordic countries. Why did a writer such as Alexandre Najjar take a risk of offering a stereotyped vision of Nordic countries?

Il s’agit d’une communication présentée dans le cadre du colloque “Le Nord dans les littératures francophones“ qui s’est tenu à l’Université de Stockholm les 21 et 22 novembre 2019.
La présentation s’adresse en priorité aux étudiants de français et aux publics ayant un intérêt pour la relation entre la nordicité et la littérature francophone. Elle est particulièrement adaptée aux publics de professeurs de français qui travaillent sur les stéréotypes, les images et les clichés. Dans un cours académique, il est ainsi possible de montrer la perception des rites suédois par un écrivain francophone.

Alexandre Najjar nous offre un regard saisissant sur le Nord dans son récit Les anges de Millesgården publié en 2013. Le livre est construit comme un musée dans lequel le lecteur est invité à découvrir les paysages et les cultures nordiques, mais rapidement au fil des pages s'opère un déplacement implicite vers le Liban et l'Orient comme si les rencontres et les discussions étaient un prétexte pour parler du pays qui est cher à l'auteur. Nous aimerions analyser, à partir d'une lecture phénoménologique portant sur les thèmes, les oeuvres d'art et les objets, la manière dont le livre propose en réalité un détour nordique vers l'Orient. C'est ainsi que dans l'éloignement géographique et culturel l'auteur-narrateur reconsidère ses liens au Liban, à la France et à la francophonie.